Constat amiable, expertise médicale, indemnisation :
de nombreux pièges à éviter

Que faire en cas d’accident ?

Vous devez dans un premier temps établir un constat ou une déclaration de sinistre.

Ce document précise les informations sur les circonstances de l’accident et permet de déterminer la responsabilité des conducteurs impliqués.

Ensuite, vous devez transmettre ce document à votre assureur, par courrier en recommandé (avec accusé de réception de préférence) dans les 5 jours suivant l’accident.

(source : Service-public.fr)

Attention : pensez à bien remplir le recto du constat, cocher les cases en accord avec le tiers impliqué, et le signer uniquement si vous êtes d’accord sur les circonstances de l’accident.

En cas de désaccord, ou bien si le tiers refuse de signer le constat :

Relevez le numéro d’immatriculation du véhicule.

Essayez d’obtenir le témoignage des personnes qui ont assisté à l’accident ou l’intervention d’un agent de police ou d’un gendarme.

Remplissez le constat en signalant le refus de l’autre conducteur.

(source : Service-public.fr)

En cas d’accident corporel :

Il faut prévenir les services de police ou de gendarmerie.

Faites établir un certificat médical par l’hôpital ou un médecin précisant vos dommages corporels et adressez-le à votre assureur.

(source : Service-public.fr)